Test : Huawei MediaPad M5 10.8: une bonne alternative à l’iPad Pro d’Apple?

Équipée d’un SoC Kirin 960, et non pas du Kirin 970 pourtant fièrement mis en avant dans les derniers smartphones Mate 10 et P20 de la marque, la Huawei MediaPad M5 est une tablette haut de gamme de 10,8 pouces. Fonctionnant avec EMUI 8.0.0, la surcouche maison en renfort d’Android Oreo, ce modèle dispose de 4 Go de RAM et de 64 Go de stockage interne, extensible par micro SD. Grâce à des connecteurs magnétiques, on peut y brancher un clavier physique (vendu séparément) mais on ne peut pas utiliser le stylet M-Pen, exclusif à la version Pro.

Un écran et un son remarquables

D’une belle définition de 2560 x 1600 pixels, l’écran du MediaPad M5 s’avère très agréable à l’utilisation. Avec une luminosité proche de 400 cd/m², un haut contraste de 1400:1 et des couleurs fidèles (à condition de choisir le bon réglage), la tablette se révèle être un compagnon idéal pour regarder des films dans un train ou un avion, aussi bien par la qualité de l’image que par la légèreté de son boîtier (512 grammes). Au format 16:9, l’écran de 10,8 pouces du MediaPad M5 a pour mérite de ne pas ajouter de larges bandes noires à vos films, contrairement aux iPad et à leur format 4:3.

On regrette néanmoins le choix incompréhensible de Huawei de ne pas inclure de prise jack à sa tablette. Si cette décision peut éventuellement se comprendre sur smartphone, on déplore ce choix particulièrement pour un produit de cette taille. Un adaptateur USB-C/mini-Jack est certes fourni dans la boîte, mais le mal est fait…

Précisons que le capteur d’empreintes digitales, présent sur le bouton principal en façade, est un régal à utiliser. La tablette se déverrouille ultra rapidement, d’un simple effleurement, et la navigation par geste, qui permet d’éliminer les boutons virtuels, est vraiment agréable d’emploi. Un toucher pour retourner en arrière, un appui long pour aller à l’écran d’accueil, un swipe pour afficher le multitâche et c’est parti.

En revanche, on ne comprend pas le choix de Huawei de placer le bouton d’alimentation directement sous les boutons de volume. Beaucoup trop souvent, on met la tablette en veille en voulant tout simplement baisser le volume sonore…

Une tablette puissante et endurante

Équipé du SoC Kirin 960, de 4 Go de RAM et de 64 Go de stockage interne, le MediaPad M5 affiche de bonnes performances. Dans nos benchmarks, la tablette arrive logiquement derrière un modèle équipé d’un processeur Kirin 970 ou d’un Apple A10X, mais donne des résultats tout à fait satisfaisants (142198 dans AnTuTu 6). En tentant de pousser la tablette au maximum de ses performances avec un jeu comme Riptide GP, énergivore en mode optimal, la tablette montre ses vrais capacités et passe l’épreuve haut la main, sans le moindre ralentissement.

En autonomie polyvalente, nous avons enregistré une belle performance de 10 heures et 51 minutes pour le MediaPad M5. En lecture vidéo, la tablette fait étrangement moins mais reste relativement endurante avec un score de 9 heures et 51 minutes. De quoi s’assurer un vol Paris-San Francisco sans aucune recharge, à condition de prendre une petite pause entre chaque film !

Enfin, Huawei propose une fonctionnalité intéressante notamment pour une utilisation professionnelle : le mode bureau. Les applications Android fonctionnent alors comme des fenêtres Windows et peuvent se superposer et s’agrandir à votre guise. Au bout d’un certain nombre d’applications ouvertes, la tablette peut connaître quelques ralentissement. Ce n’est pas le cas si on se contente de juxtaposer les fenêtres Chrome et Word. On travaille alors comme sur un PC, une fois la tablette branchée à un clavier.

Des bugs, des lenteurs, et un manque d’optimisation

Si sur le papier la Huawei MediaPad M5 semble être à la hauteur des promesses, l’utiliser comme ordinateur principal nous a révélés d’importantes lacunes en termes d’optimisation logicielle. Dans les applis tierces, la tablette fait parfois un peu peur. Pour quitter une vidéo en plein écran dans YouTube, il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois, l’application n’interprétant pas correctement la gestuelle. Pareil dans Facebook ou Instagram, où faire défiler son fil d’actualité peut devenir très lent. Un comble pour un appareil aussi puissant.

Autre problème gênant : certains menus ou certaines applications ne sont pas adaptés au mode paysage de la tablette et ont tendance à basculer brutalement en mode portrait, ce qui s’avère particulièrement gênant à l’utilisation. Rien que pour configurer l’appareil à son premier démarrage, nous avons dû alterner entre position verticale et horizontale presque une dizaine de fois pour arriver à l’écran d’accueil. Huawei semble avoir privilégié le mode portrait pour l’utilisation de sa tablette. Elle se prend du coup pour un grand smartphone, et c’est un problème.

Notons également la présence de 13 applications tierces préinstallées, comme Facebook, Netflix ou encore un jeu Spider-Man qui viennent occuper… 2,82 Go de stockage interne. Heureusement, on peut les désinstaller, mais l’utilisateur ne devrait pas avoir à le faire lui même.

Un appareil photo décevant

Comme souvent pour une tablette, la qualité de l’appareil photo n’est pas au rendez-vous. Si en haute luminosité, le résultat est tout à fait honorable, la tablette s’effondre en basse luminosité. Les images manquent de précision, sont déformées et les couleurs manquent de fidélité. Bien sûr, l’appareil photo n’est pas la fonction la plus importante d’une tablette, mais on aurait pu espérer mieux du créateur du P20 Pro. D’autant plus que le capteur est de 13 Mpix.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here