Test : Chuwi Hi9 Plus, la tablette Android à moins de 180 euros qui vaut son prix

En étalant sa gamme de tablette sur un plus large spectre, en étirant son approche premium du très haut de gamme, de l’iPad Pro 12,9 pouces jusqu’à l’iPad d’entrée de gamme mis à jour en mars 2018 et vendu à partir de 358,40 euros, Apple impose une forte contrainte à ses concurrents.
Ils n’ont que deux choix. Venir se frotter à ses produits et souffrir la comparaison. Ou exercer leurs talents dans les zones non couvertes par l’iPad dans le segment déserté du tout entrée de gamme. Là où les prix et les marges sont bas et où il n’est pas toujours facile de proposer un produit de qualité suffisante pour retenir et mériter l’attention. C’est dans ce triangle des Bermudes épineux qu’a décidé d’opérer la marque chinoise Chuwi.

A l’aune de son prix

La Chuwi Hi9 Plus, qu’il ne faut pas confondre avec la Hi9 Air, a un argument de poids, son prix. A environ 176 euros, il pèse lourd dans l’intérêt qu’on lui porte. Il s’avère même central dans le regard qu’on porte et portera sur cette tablette Android – en version 8 stock. A noter au passage qu’il est impossible de savoir si elle passera sous Android 9, malgré sa compatibilité avec Treble, qui facilite les mises à jour.
Quoi qu’il en soit, à ce prix, il est évident que Chuwi ne pourra pas proposer une expérience globale aussi bonne que celle d’Apple. C’est entendu. La question n’est pas d’avoir un produit équivalent entre les mains mais d’assurer un confort et une variété d’usages qui, au regard de son tarif, en donne pour son argent.
Le Hi9 Plus doit tenir suffisamment la route pour ne pas faire regretter son achat et faire oublier qu’à quelques longues encablures, à quelques mois d’économie en plus, attend la meilleure expérience possible sur tablette.

Deux travers plutôt bien évités

Souvent les deux premières victimes de cette course au bas prix sont l’écran, d’une part, et la qualité des matériaux et la finition, d’autre part.
En l’occurrence, la dalle laminée de 10,8 pouces est plutôt agréable à l’oeil. La définition de 2560×1600 pixels est très confortable, et les couleurs affichées sont profondes, un peu saturées (Delta E 2000 de 4,77) et soulignées par un joli contraste. Cette impression visuelle est d’ailleurs confirmée par nos mesures, qui lui attribuent un taux de contraste de 1511:1, ce qui est bien meilleur que celui de l’iPad 2018 et son 1061:1.
Néanmoins, la dalle de la Hi9 Plus est moins lumineuse. Elle affiche 287 cd/m2 seulement, ce qui est un peu léger face à l’iPad 2018 qui atteint 520 cd/m2.
La dalle de la tablette Chuwi fait donc moins bien. Pourtant, elle réussit, joli paradoxe, à être trop lumineuse quand on l’utilise dans le noir. Elle éblouit alors que la luminosité est au plus bas. Un petit souci de réglage… Pour autant, côté écran, la Hi9 Plus fait donc bonne impression.

Passons maintenant au deuxième point d’achoppement possible : la finition et les matériaux. Sans fournir un design particulièrement séduisant ou novateur, Chuwi réalise une belle performance. La tablette est agréable à prendre en main, elle paraît relativement solide et soignée. Seuls les boutons latéraux pour le volume et l’allumage/extinction de la tablette font un bruit de plastique peu engageant qui révèle un certain jeu. Un micro faux-pas qui ne peut pas être rédhibitoire.
D’autant qu’à la scruter sous tous les angles, on découvre un port USB-C ! Une bonne nouvelle en cette fin d’année 2018.

Une bonne surprise du côté du réseau et des résultats acceptables

On trouve aussi un peu plus loin une trappe pour une double SIM. La Hi9 Plus est compatible 4G. Elle propose même un emplacement dual SIM. Vous pourrez ainsi utiliser deux SIM, dont l’une pourra servir à passer des appels, via un dialer. Une utilisation qu’on jugera plutôt anecdotique à l’heure des applis de messagerie, mais cela peut toujours dépanner.
Il est difficile de ne pas s’enthousiasmer d’avoir accès à une telle fonction sur une tablette de ce prix. Cependant, les débits sont honnêtes sans être bons, suffisants en tout cas pour vous dépanner, même s’ils dépendent évidemment de l’opérateur et de votre situation géographique.
Néanmoins, sauf à être bien couvert par une antenne 4G, on aura toutefois la plupart du temps tendance à vouloir utiliser la connexion Wi-Fi. La Hi9 Plus est compatible avec les normes les plus courantes et récentes, à l’exception du Wi-Fi 6 (anciennement 802.11ax), tout juste sorti du four.

Néanmoins, cela ne lui permet pas d’obtenir des débits très performants. D’après nos tests réalisés dans un environnement très bien couvert en 802.11ac (Wi-Fi 5), l’iPad 9,7 pouces, sorti au début de l’année 2018, affiche des débits de plusieurs centaines de Mbit/s dans les sens montants et descendants, là où la tablette Chuwi plafonne à 80 Mbit/s, au mieux, dans les mêmes conditions. C’est très inférieur à ce qu’offre la tablette d’Apple mais reste honnête et acceptable.

Cette différence de performances est toutefois un signe. Souvent dans une tablette les éléments les plus coûteux sont, du « plus ou moins cher » : l’écran, la dalle tactile, les modules sans fil (3G/4G et Wi-Fi) puis la batterie et le processeur. Le classement de ces deux derniers éléments peut s’intervertir d’un produit à l’autre. En l’occurrence, il semblerait que Chuwi ait fait des économies du côté des modules 4G et Wi-Fi…

Le contre-coup du prix cassé

Il l’a peut-être également fait du côté de la dalle tactile. En effet, il n’est pas rare de devoir appuyer plusieurs fois avant que l’interface ne réagisse. Au point qu’on se demande si le problème est un manque de réactivité de la surface tactile ou du processeur. Bonne nouvelle, nous avons trouvé la réponse. Mauvaise nouvelle, la responsabilité est partagée.

Nous avons eu l’occasion d’essayer le stylet de la Hi9 Plus, le HiPen H3 et ses 1024 niveaux de pression, vendu séparément 25 dollars. Nous n’en dirons pas grand chose car il suffit de tracer un trait pour remarquer le temps de latence considérable. On apprend ainsi qu’il est difficile de prendre des notes manuscrites et que la partie tactile laisse à désirer. Le HiPen H3 restera donc chez le marchand.
Mais le SoC MediaTek Helio X27 (MT6797X), qui a pourtant 10 coeurs, deux principaux (Cortex A72), quatre hautes performances et quatre basse consommation (Cortex A53) peut sans hésitation être pointé du doigt.
Attention, il n’est pas calamiteux. Il obtient d’ailleurs des résultats de tests acceptables bien que plutôt faibles. Son score AnTuTu est de 104 770. On a vu pire, c’est vrai et si on veut être vraiment optimiste, on dira que c’est « seulement » 1,7 fois moins bon que le score obtenu par l’iPad 2018…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here